Blog

Moments de croissance

Atelier

En fait, on fait quelque chose et à un certain moment, on arrive à une impasse parce que l'on suivait une idée précise.

Et c'est là que l'expérience commence vraiment.
Il faut transformer l'idée que l'on avait à l'esprit pour là transformer
dans le réel. Et c'est ça que je trouve passionnant !
On arrive dans un endroit inconnu et on doit créer une nouvelle façon
d'être !

On doit trouver une façon différente d'être que l'on ignorait. Il faut puiser dans des ressources que l'on ne soupçonnait pas.
Cela peut ne pas marcher, mais c'est comme cela que l'on obtient une vraie expérience.

Kiki Smith

AMOUR ET LIBERTE

marc-chagall-les-amoureux-de-vence-2.jpg« Chaque créature, chaque être isolé se sent incomplet, insuffisant,
insatisfait ; il n’a pas de paix, il cherche quelque chose, sans savoir ce que
c’est [ … ] Cet élan qui porte à se compléter, à s’unir, à se fondre avec
quelque chose, avec quelqu'un de différent de soi, c’est justement l’essence
même de l’amour. Une telle union, une telle fusion est créative et productive,
elle donne origine à quelque chose d’autre ».

                                                                       Roberto Assagioli

Image : "Les amoureux de Vence" de Marc Chagall

Lâcher-prise

Lâcher prise, voilà une formule que l'on entend souvent en ce moment, comme une obligation au bien-être. Oui, mais lâcher quoi et quel est le rapport avec l'art-thérapie évolutive ?

Voici un exemple parmi d'autres, d'un moment où ce lâcher-prise s'opère :
Voilà, vous y êtes, devant une grande feuille blanche épinglée au mur, une grande mallette de pastels secs ouverte à côté de vous. Il y avait une idée au début, mais vous n'êtes plus très sur. Et puis à quoi bon, ce sera moche, car vous ne savez pas dessiner.
Cette page blanche, vide, vous angoisse car elle vous renvoie au vide que vous ressentez dans votre vie en ce moment. C'est la fameuse "peur de la page blanche".

L'art-thérapeute voit que vous n'êtes pas à l'aise et vous rassure : "Ne réfléchissez pas trop car cela va vous bloquer-ce qui est normal. Prenez la première couleur qui vous attire et commencer par  tracer des lignes sans vous préoccuper de savoir si cela sera beau ou pas.

Bon, vous vous lancer et prenez un pastel bleu car vous aimez bien cette couleur en ce moment. C'est le début d'une aventure où vous faites un premier saut dans le vide, c'est-à-dire dans l'inconnu, ce que l'on ne peut pas maîtriser. Et cela, ça fait peur !

Le dessin se créer devant vos yeux, quelque chose se dégage, vous n'y prêtez pas trop attention, vos gestes prennent de l'assurance, les couleurs se déclinent sur la feuille. Quelque chose prend vie devant vos yeux et cela vous remplit de joie.
L'espace d'un instant, vous avez oublié où vous étiez, ainsi que vos soucis. Vous dites : « Il est déjà  19h00 ! Je n'ai pas vu le temps passer !

Voilà, vous avez « lâcher prise », vous avez cessé de contrôler toutes vos pensées et vos gestes. On peut dire que ce moment est une méditation : un dialogue avec vous-même.